LOADING

Type to search

Appel à contribution

Devenez contributeur ou contributrice pour le site dijon-actu.fr

Une contribution sur quel type de sujet ? Ce que vous voulez !

En bon média généraliste, dijon-actu.fr ne s’interdit aucun type de sujet : politique, économie, sport, vie associative, musique, livre etc … Il est inutile d’être exhaustif. Tout sujet est en théorie bon à traiter. L’essentiel est que vous apportiez une information.

Une information c’est quoi ?

C’est d’abord quelque-chose qui a un intérêt pour le public et c’est d’ailleurs cet aspect qui justifie une publication. Elle doit par ailleurs être -bien évidemment- réelle c’est à dire vraie, juste et prouvée, s’appuyant sur des faits et/ou des chiffres, des témoins.

Présenter l’information : la nécessité d’opter pour un angle différent

Dijon-actu.fr n’a pas pour objectif de faire « doublon » avec les médias locaux qui existent déjà. C’est ici qu’il faut savoir faire preuve d’inventivité sans pour autant manquer de pertinence. Il faut donc parfois savoir « angler » un sujet que l’on traite c’est à dire l’aborder en l’interrogeant de façon originale avec pour but de faire ressortir des éléments intéressants. « Faire différent » pour simplement dire « qu’on ne fait pas comme les autres » peut vite conduire dans une ornière.

« Faire autrement » c’est aussi trouver un ton, une écriture, autant d’éléments qui font que notre lectorat nous apprécie.

Quel(s) support(s) pour votre contribution ? Sentez-vous libre !

Pour l’heure, notre collectif a mis en avant la forme écrite, plus souple et plus « facile » à publier. Nous avons parfois ajouté un format audio.

Ecrit, audio, vidéo : nous sommes ouverts à tout ! Pour chaque contribution, il faut nous envoyer sur l’adresse dijonactus@gmail.com la version « finale » c’est à dire montée pour ce qui est des formats audio et vidéo et rédigée et relue pour la forme écrite.

Pour l’heure, nous n’avons aucun membre avec des compétences intéressantes en photo ou en dessin de presse mais là encore, nous prendrons avec joie ces types de contributions.

Libérez vous des contraintes qu’ont les autres médias !

300, 1200, 3000 signes ? Chez nous, pas de limites, ni vers le haut, ni vers le bas, tant que le fond est pertinent et l’information intéressante. Les restitutions en « volets » ou en « épisodes » -notre « presque marque de fabrique »- sont les bienvenues. Cette liberté nous permet d’analyser et de mettre en perspective en nous dégageant de l’information réactive qui apporte de la quantité mais pas toujours de la qualité. Il faut savoir « faire bien » avec les moyens que l’on a.

Nous souhaitons suivre la même philosophie pour les autres supports de restitution.

Qui accepte la « validité » d’une contribution ?

Chaque contribution envoyée est transmise aux membres du comité de rédaction qui donne, après concertation, un avis positif ou négatif. Nous nous engageons à justifier la non-publication à l’intéressé-e qui a dépensé de l’énergie pour essayer de faire vivre notre projet.

Rédhibitoire : les copier-coller et les sources non-citées

Un bénévole se définit par la liberté de faire ou de ne pas faire. Il n’est donc pas utile de « faire mal » pour dire « d’avoir fait ». S’approprier le travail d’un autre sans le citer est du vol. Faire croire que l’on a dit ça ou ça alors que ce n’est que le copier-coller d’un rapport ou d’un article s’inscrit dans la même -mauvaise- philosophie. Notre collectif est clair là dessus : si l’on s’aperçoit d’une telle erreur, c’est la fin de notre coopération. Pour l’heure, devant la justice, ce ne sont pas les contributeurs qui sont responsable mais la personne qui a le site à son nom. Nous ne craignons pas les tribunaux mais nous voulons pouvoir assumer et ne pas nous présenter d’office en faute.

Savoir protéger ses sources

Nous avons montré depuis notre création un certain tropisme pour les enquêtes de fond sur des sujets sensibles. Comme pour d’autres médias professionnels, des documents, des informations nous sont transmises par des individus. Une fois le travail critique réalisé -afin de s’assurer que l’information est véridique- nous avons le devoir moral de protéger ces sources. Il faut savoir par ailleurs ne pas utiliser une information -voire ne pas faire un article- si cela peut mettre la source en question en porte-à-faux.

La question des billets d’humeur et des avis

Ils sont les bienvenus. Ils doivent être caustiques voire drôles mais toujours argumentés. Si des informations sont utilisées, il est bon, ici aussi, de citer sa source.

Un livre, un film, un disque amènent indubitablement un avis subjectif. Là encore, nous demandons une mise en perspective et une ligne argumentaire qui se tienne. Nous préférons davantage perdre du temps pour parler positivement de quelque-chose que de s’épuiser à une critique peu constructive. En résumé, ne vous déplacez-pas à l’élection de mini Miss Val de Saône pour dire que c’était nul. On s’en doute. Notre lectorat aussi.

Conclusion : dijon-actu.fr, un sérieux espace de respiration et un espace de respiration sérieux

Vous pouvez faire une contribution ou 250, le nombre importe peu. C’est la qualité qui compte. Etant donné notre côté « urticant », nous vous conseillons toutefois de prendre un pseudonyme et de vous créer une adresse mail. En résumé, faites-vous plaisir et faites plaisir aux lecteurs 😉

Le collectif dijon-actu.fr